Bulletin Nr 4
Juillet 1998

Conférence – débat :

Le 7 mars 1998, Gilbert Maurice-Démouriouz nous a intéressés aux fruits de ses recherches sur l’escalade, nos relations avec Genève, l’émigration savoyarde… Il a su capter l’attention de la trentaine de personnes présentes.

Promenade de printemps :

Conduits de main de maître par notre président, nous sommes allés à Chambéry où deux guides nous donnaient un aperçu de la riche histoire de notre capitale régionale. (13 avril).

Après une brève visite à pieds de la vieille ville, nous pouvions contempler les pierres ayant jadis encadré l’entrée de l’hôtel particulier de Celse Morin, prieur de Contamine.

Après le repas et la découverte d’un panorama époustouflant, nous faisons une halte à  l’Abbaye de Tamié.

Deuxième printemps de Villy, le 19 avril, où les membres de l’association ont confectionné des beignets.

Rallye-surprise :

Le 14 juin, une cinquantaine de personnes y participaient. Jeux, culture nous ont permis de passer une très agréable journée.

Adieu, Monsieur Léon Lambert :

Né en 1905 à Pouilly, Léon Lambert était le fils aîné de Ferdinand et de Françoise Deperraz.

Son travail à E.D.F.    l’a conduit à Annecy jusqu’à sa retraite en 1955.

Adhérent de la première heure, il regrettait de ne pouvoir participer aux activités de l’association.

Il suivait attentivement  les événements qui se passaient dans sa commune natale.

Bon vivant, rieur, toujours prêt à plaisanter et à prononcer une boutade, il était doué d’une mémoire et d’une vivacité d’esprit remarquables. Il souffrait de ne plus pouvoir lire, sa vue étant déficiente. Néanmoins, il a nommé sans hésitation tous les enfants figurant sur une photo de classe de 1915, sauf  une petite fille.  Après une nuit d’insomnie, il retrouvait enfin l’identité de sa camarade  : « je n’aurais jamais du oublier ces yeux là » m’a-t-il dit au téléphone.

Décédé le 8 juin 1998, il venait de fêter ses 93 ans.

Sincères condoléances à sa famille.

sur la photo : Léon Lambert (92 ans) et Roger Gay, en 1997

Photographies de proximité :

Chaque fontaine, abreuvoir, ferme, grange, étable, grenier… mérite d’être photographié.

Demain, il sera peut-être trop tard !

Cette maison à Pouilly a été vendue, en juin 1919 par les héritiers de Pierre François Lieupoz, de La Tour (+ 1892), à Marie Vincent Mullat, dit Mailli (1855-1935), fils de Joseph Nicolas et de Victoire Bernay, grand père maternel d’Elie Ancrenaz.

Dans la bonne cave, les fûts contenaient le vin blanc produit sur place, car cette maison était entourée de vignes. Le lieu s’appelait « chez Dian-né).

Au-dessus, Mailli disposait d’un atelier de menuiserie et de corderie. Devant la porte, au bord de la route, il confectionnait les cordes.

Dans les années 1917-18-19, la demeure était occupée par Fanfoué à Lauzé  (François Montréal). Sa femme, Félicité passait de maisons en maisons pour ramasser les œufs, qu’elle revendait à Genève. Elle descendait à pieds, son panier au bras.

Sobriquets :

Tantilliou puis Tanclou, Roulequin, Lauzé, Barban, Francillion, Colloté, Liroux, Mérandon, Tautin… sont des surnoms qu’autrefois, on employait plus souvent que les patronymes.

D’où venaient-ils ?

Les uns existant encore aujourd’hui figurent dans les actes paroissiaux ou notariés depuis plusieurs siècles.

Il serait intéressant de les recueillir auprès des anciens, ainsi que leur origine.

Andrée Blanc


ASSOCIATION
Compteur
00286829
Chez Mme Mouthon - 57, allée de Villy 74130 CONTAMINE-SUR-ARVE
Copyright © 2005 - 2019- Tous droits réservés